Lutte contre l'inflation

En période d'inflation, il pourrait être intéressant d'adapter à la vie de tous les jours quelques techniques financières simples. Concrètement, cela reviendrait à acheter aujourd'hui des biens dont on n'aurait besoin que plus tard, mais dont on estime que le prix va augmenter.
Cela serait particulièrement intéressant pour l'essence. On achèterait par exemple une carte prépayée pour 200 litres à 1.5 euros, qui permettrait de faire son plein à ce tarif là même quand le prix du litre a augmenté à 1.6, 1.7, etc. (une expérience de ce genre vient d'être lancée aux Etats-Unis).
Pour aller plus loin, on pourrait imaginer que ce système permette même de négocier un prix inférieur à celui affiché sur la pompe le jour de l'achat de la carte. Car il s'agirait en effet d'un achat en quantité importante (prix de gros) et payé d'avance. Donc si on ajoute encore le facteur fidélisation à un réseau de station services, cela ferait trois bons arguments pour obtenir un prix inférieur, non ? Et avec l'économie réalisée, on pourrait s'acheter un abonnement de bus ou un vélo et ainsi dépenser et polluer encore moins... Idée de business originale !
Une variante pour les personnes ne pouvant pas ou ne voulant pas payer d'avance 200 litres d'essence consisterait à payer une "option" donnant le droit d'acheter plus tard du carburant à un prix fixé aujourd'hui : par exemple, je paie mon plein 1.6 au lieu de 1.5 aujourd'hui, mais ce tarif de 1.6 sera encore valable quand le prix de base sera passé de 1.5 à 1.7 (peut-être plus compliqué à mettre en oeuvre simplement pour clients et commerçants).
Enfin, pourquoi ne pas appliquer les quelques techniques qu'on vient d'évoquer ici à d'autres domaines ? Par exemple, les factures d'électricité, d'eau, de fioul domestique, etc. On pourrait même imaginer le faire pour les courses au supermarché (sur la base du prix d'un panier moyen).
D'autres idées pour améliorer la mise en oeuvre éventuelle de ces techniques de lutte contre l'inflation ?

4 commentaires:

Anonyme a dit…

Il ne faut pas oublier que chaque achat de bien anticipé génère un cout de stockage....pour le pompiste par exemple...il faudrait qu'il achète l'equivalent du montant des achats anticipés des consommateurs et qu'il le fasse stocker..gratuitement...hum un peu uthopiste comme projet...

Philippe a dit…

Effectivement, merci du commentaire. En fait il s'agirait plutôt d'utiliser une variante des options d'achat : produit financier qui permet en gros d'acheter d'avance un droit futur plutôt que la marchandise elle-même. Ce qui évite les problèmes de stockage évoqués très judicieusement dans votre commentaire. A creuser !

Anonyme a dit…

Ce principe d'achat de carburant par anticipation existe en France pour les compagnies aérienne mais aussi pour les transports routier; c'est ce que l'on appelle la "couverture carburant"; des centaines de milliers de litres ( même milliard) sont achetés au moment où le pétrole est bas. C'est banco qd le prétrole remonte, mais très difficile à renégocier s'il redescend en dessous du prix acheté.
Par ailleurs, ce carburant n'est pas stocké par les compagnies, le prix est arrété le jour d'achat et livré à la demande.

Anonyme a dit…

C'est tout simplement une forme de spéculation...A bas le capitalisme